COVID-19 : Le petit fait l'affaire

0

Maria Gklotsou, rédactrice médicale indépendante sur Kolabtree, explique comment le COVID-19 est une "guerre des petits"..

En regardant l'écran pour connaître le nombre de morts du jour, ce qui est malheureusement une habitude de nos jours, en essayant d'évaluer le danger que courent les amis et la famille, dispersés dans le monde entier, je ne peux m'empêcher de penser que c'est la guerre des petits et qu'elle est en train de gagner.

Il y a de nombreuses années, quelques semaines après le début des cours de biologie à l'Université de Crète, notre professeur est entré dans la salle et nous a demandé de donner une définition d'un être vivant. Quand un professeur chevronné vient avec une question stupide, vous devriez savoir qu'il y a un piège. Mais l'arrogance de nos dix-huit ans nous a fait rire. Nous avons ri bien sûr, la vie est évidente, nous avons argumenté ; de plus, nous étions des étudiants en biologie (c'est-à-dire la science de la bio=vie), bien sûr que nous pouvions la définir ! Après quelques tentatives infructueuses de définition globale de la vie, qui englobe tout ce que nous considérons comme vivant et exclut le reste (l'arbre mais pas le bois ; les plantes et les animaux ensemble), nous avons réalisé que la vie n'est pas aussi évidente que nous le pensions.

Nous avons donc cessé d'essayer de trouver une définition unique de la vie et nous avons accepté de compiler l'ensemble minimal de paramètres qui doivent coexister pour définir que quelque chose est vivant. Nous en avons retenu quatre : échange d'éléments avec l'environnement (qu'il s'agisse de nourriture, d'oxygène, de débris - métabolisme) ; capacité de croissance ; capacité d'adaptation ; capacité de reproduction. Nous étions vraiment fiers que notre intense remue-méninges ait abouti à une réponse, mais notre professeur a alors dit : "un virus .... est-ce qu'un virus est un être vivant ?" Selon notre liste, non, il ne l'est pas... Sur les quatre, il ne peut en faire qu'un : se reproduire, mais il le fait si efficacement que nous avons maintenant une planète entière en panique pour un sac de matériaux inertes (un peu d'ADN/ARN et quelques protéines), non autosuffisant, qui d'une certaine manière existe mais ne vit pas, communique avec l'environnement mais n'échange rien et certainement ne grandit pas et ne s'adapte pas. Au contraire, il commande à son environnement de répondre à ses besoins, c'est-à-dire de se multiplier et de se propager. C'est tout ce qu'elle fait : se multiplier et se propager. Si l'environnement est défavorable, elle reste à l'écart, silencieuse et attend le moment opportun pour prendre le contrôle. On dit souvent que lorsqu'on acquiert un virus, il ne disparaît jamais vraiment, il reste avec nous pour toujours, caché dans des recoins profonds que les médicaments ne peuvent atteindre, intégré dans notre code génétique, attendant de soumettre toute notre machinerie multicellulaire élaborée à ses ordres, de faire des copies et d'envahir les autres.

Nous voici donc face à un petit sac de code génétique, qui a fait une petite entrée discrète dans une (relativement) petite province de Chine, qui a fait la une des journaux en tant que virus exotique que les Chinois ne pouvaient pas gérer, qui a fait de petits pas malencontreux vers les pays voisins, jusqu'à ce que le petit feu commence à brûler à l'arrière de l'Occident et qu'il ne soit plus petit. Certains petits pays qui ont pris des mesures précoces ont obtenu de grands résultats, jusqu'à présent ; tandis que les grands pays qui n'ont pas pris de mesures précoces mais qui ont fait des gestes audacieux plus tard font face à de grands désastres. Le grand et le fort ne sont pas les gagnants de cette guerre. Le petit et humble devant une petite entité vivante qui a mis l'humanité à genoux semble gagner. C'est la guerre des petits et les outsiders semblent ne l'avoir que trop bien compris. 

 

Vous souhaitez parler à un expert en COVID-19 ? Travaillez avec des scientifiques, chercheurs, rédacteurs et développeurs de produits qualifiés sur Kolabtree. Voir les experts


Kolabtree aide les entreprises du monde entier à embaucher des experts à la demande. Nos freelances ont aidé des entreprises à publier des articles de recherche, à développer des produits, à analyser des données, et bien plus encore. Il suffit d'une minute pour nous dire ce dont vous avez besoin et obtenir gratuitement des devis d'experts.


Partager.

À propos de l'auteur

Maria Gklotsou est une biologiste moléculaire basée à Singapour qui travaille à temps partiel comme rédactrice et traductrice médicale depuis 2004.

Laissez une réponse

Des experts indépendants de confiance, prêts à vous aider dans votre projet.


La plus grande plateforme de freelance au monde pour les scientifiques  

Non merci, je ne cherche pas à embaucher pour le moment.